• REHABILITATION de la FAMILLE ROMANOV

     

     Le tsar Nicolas II et sa famille réhabilités par la justice russe

          

    Les restes du tsar et de sa famille ont été solennellement inhumés en 1998 à Saint-Pétersbourg. © SICHOV/SIPA.

    Les restes du tsar et de sa famille ont été solennellement inhumés

    en 1998 à Saint-Pétersbourg. © SICHOV/SIPA.

     

    La Cour Suprême de Russie a réhabilité mercredi les membres de la famille impériale Romanov. Selon elle, ils ont été victimes de la répression politique bolchevique. Après avoir été faits prisonniers, le dernier tsar russe Nicolas II, son épouse et leurs cinq enfants ont été exécutés par la Tcheka, la police politique de Lénine, le 17 juillet 1918 à Ekaterinbourg, dans l'Oural.

    La justice a donc enfin répondu favorablement à une plainte déposée en 2005 par l'avocat de la grande duchesse Maria Vladimirovna, qui vit à Madrid et affirme être l'héritière de Nicolas II. Sa plainte avait été rejetée à plusieurs reprises, mais elle avait toujours fait appel.

    "La Grande Duchesse a exprimé sa joie et sa satisfaction" car "elle a toujours été convaincue que cette question serait réglée en Russie et refusait de s'adresser à des tribunaux internationaux", a indiqué son représentant en Russie Alexandre Zakatov.

      

    Et de poursuivre : "Les forces politiques qui avaient freiné pendant plusieurs années la réhabilitation de la famille impériale n'ont pas réussi à s'opposer au respect de la loi." Selon Guerman Loukianov, l'avocat de la Grande Duchesse, cette dernière n'a pas pour autant l'intention de réclamer la restitution des biens impériaux.

    "Continuité historique" (Patriarcat de Moscou)

    Cette décision, longtemps attendue, a été saluée par les descendants de la famille impériale et l'Église orthodoxe russe. Ivan Artsichevski, représentant d'une autre branche de descendants des Romanov dirigée par le prince Nikolaï Romanovitch, en tension avec Maria Vladimirovna, a lui aussi exprimé sa joie, tout minimisant la portée de la décision.

      

    "Le fait que l'État russe ait reconnu sa responsabilité pour ce meurtre est un pas vers un repentir général et la réhabilitation de toutes les victimes innocentes" des bolcheviks. Mais Romanovitch soutient que la réhabilitation avait déjà eu lieu de fait lorsque les restes du tsar et de sa famille ont été solennellement inhumés en 1998 à Saint-Pétersbourg, et lors de leur canonisation par l'Église orthodoxe comme martyrs en 2000.

    Quant au porte-parole du Patriarcat de Moscou, Gueorgui Riabykh, il salue une décision qui, "sans aucun doute (...) aura des conséquences importantes pour la Russie moderne, car elle renforce la priorité de la loi et restaure la continuité historique".

    Les sentiments à l'égard de Nicolas II ont évolué depuis la chute de l'Union soviétique en 1991, mais un des derniers sondages sur le sujet, en 2005, montrait que 56 % des Russes portaient encore un regard très critique sur lui.

     
    Par Ségolène de Larquier (avec agence)
     
     
     
     
     Lpoint.fr - Publié le 01/10/2008 à 16:14 - Modifié le 01/10/2008 à 19:47
     
     
     
     
    Récit d'un pèlerinage sur les lieux
    de l'assassinat de la famille impériale russe
     
    Récit d'un pèlerinage sur les lieux de l'assassinat de la famille impériale russe
     
     
     
    Ce récit se veut un témoignage du renouveau spirituel de la Russie.
     
    Ce renouveau, ancré dans le sacrifice de la famille impériale, a commencé par la présence discrète de premiers pèlerins sur le site du massacre dans les années 1970. Le mouvement s’amplifiant et la liberté religieuse acquise à la fin de la pérestroïka, ce sont à présent des dizaines de milliers de pèlerins qui se sont rassemblés à Ekatérinbourg en juillet 2008 à l’occasion du 90e anniversaire des événements tragiques de 1918.

    Dès les années 1970, devant la maison Ipatiev, sur la place dite de la Vengeance du Peuple, on pouvait trouver des cierges allumés et des bouquets de fleurs déposés par des pèlerins furtifs et anonymes. Pour prévenir le danger de voir cette maison devenir un lieu de pèlerinage populaire, le comité exécutif du soviet municipal, dirigé à l’époque par Boris Eltsine, reçut l’ordre d’Andropov de détruire l’endroit du crime et avec lui le souvenir de l’empereur. Eltsine ignora cet ordre.
     
    La maison fut à nouveau entourée d’une haute palissade. Cependant l’ordre fut réitéré dix jours plus tard et il fallut se résoudre à l’exécuter. Le 16 septembre 1977, commença la démolition qui dura deux jours. Les débris furent emportés dans une décharge et le sol égalisé à l’aide de bulldozers (…).
     

    Récit d'un pèlerinage sur les lieux de l'assassinat de la famille impériale russe
     
     
    La construction de la basilique des martyrs impériaux et de tous les saints de la terre russe se fit au rythme accéléré de la résurrection de la foi en Russie. En 1992 la première pierre fut posée et en 2003 la basilique inaugurée. L’épouse de Tikhon Koulikovsky, neveu de Nicolas II, fit don de l’icône de la Sainte Mère de Dieu "aux trois mains" qui se trouvait dans la maison Ipatiev pendant l’emprisonnement de la famille impériale.
     
    La durée de la construction de la basilique a conduit le peuple russe « de l’amnésie à la mémoire et des préjugés au repentir ».
     
    Saint Jean de Shanghaï qui appelait de toutes ses prières à la renaissance de la foi disait : « Courage, relève-toi, Rouss, toi qui as bu la coupe de la colère divine ».

    La crypte, qui se situe à l’endroit exact de la cave où fut perpétré l’assassinat du tsar, de sa famille et de ses domestiques, fait l’objet d’une grande ferveur populaire. Surtout durant ces journées de juillet, appelées « Tsarskie dni » (journées impériales) durant lesquelles, jour et nuit, des prêtres se relaient dans la crypte et la basilique pour lire des prières.

    La deuxième étape du pèlerinage amène les pèlerins à pied, à 20 km de là, au puits de mine de Ganina Yama, lieu de la tentative d’anéantissement des corps. La distance est parcourue de 4 heures du matin, dans la nuit noire, à 10 heures du matin sous un soleil éclatant. Les pèlerins sont portés par leurs cantiques et leurs prières.
     
    Il faut décrire ce site, caché au milieu d’une vaste forêt. Dans cette forêt qui semble si primitive, si loin de toute civilisation, comme par un effet merveilleux, un monastère et plusieurs chapelles en bois sont apparues à présent à l’ombre des sapins.

    Récit d'un pèlerinage sur les lieux de l'assassinat de la famille impériale russe
     
     
     
    La troisième étape du pèlerinage passe par le monastère Novo-Tikhvinsky qui abrite 150 moniales. Ces religieuses cousent des chasubles, assistées par des ordinateurs,
    peignent et brodent des icônes et traduisent en russe les Pères de l'Église.

    La quatrième étape conduit les pèlerins à la petite ville d’Alapaïevsk où furent martyrisés la sœur de l’impératrice, la Grande Duchesse Élisabeth, la moniale Barbara, cinq princes de la famille Romanov de même que le secrétaire du Grand Duc Serge Mikhaîlovitch, Fiodor Remez. Élisabeth, appelée Ella dans sa famille, était la fille de Louis IV, Grand Duc de Hesse-Darmstadt et de la princesse Alice d’Angleterre, fille de la reine Victoria. Née en 1864, Ella était la seconde d’une famille de sept enfants.
     
     
    Le sixième de ces enfants était Alix qui deviendra l’épouse de Nicolas II. Les enfants du Grand Duc Louis IV sont élevés par leur mère dans une profonde simplicité. Leur éducation chrétienne est stricte et ils sont habitués dès leur petite enfance aux œuvres caritatives, au service des pauvres et des malades. En 1884, Ella épouse le cinquième fils de l’empereur Alexandre III, le Grand Duc Serge.
     
     
    En 1905, le Grand Duc Serge, gouverneur de Moscou, fut déchiqueté par une bombe que lui lança en pleine poitrine un révolutionnaire. C’est en 1918 que la Grande Duchesse Élisabeth connut à son tour un destin tragique : elle fut arrêtée en avril et transférée à Ekaterinbourg.

    Sachant que sa sœur était prisonnière dans la maison Ipatiev, elle demanda l’autorisation de revoir la famille impériale. Ce qui lui fut refusé. Elle fut alors emmenée à Alapaïevsk et séquestrée dans l’école Napolnaïa. Dans ce même lieu furent également séquestrés cinq princes de la famille Romanov : le Grand Duc Serge Mikhaïlovitch, les trois fils du Grand Duc Constantin Constantinovitch (Jean, Constantin et Igor), le prince Vladimir Paley.
     
     
    Dans la nuit du 17 juillet, tous les Romanov, la moniale Barbara et Fiodor Remez furent conduits à 12 kilomètres d’Alapaïevsk. Après avoir été assommés, ils furent précipités, les yeux bandés, dans le puits de mine Nijnaïa Selimskaïa.
      
      
    Un paysan attardé sur ce lieu et effrayé par l’arrivée de cette troupe nocturne fut, depuis sa cachette, le témoin involontaire de cette tuerie.
     
     
    Les assassins jetèrent dans le puits quelques grenades qui n’éclatèrent pas. Ils jetèrent aussi des branches et des bûches sur les suppliciés et ils les incendièrent. Mais plus bas, bien au-dessous des flammes, s’éleva un des plus beaux hymnes de la liturgie orthodoxe, l’hymne aux chérubins, entonné par les martyrs au seuil de leur mort.

    Là aussi, une longue procession de pèlerins occupe la route qui aboutit à un monastère. Le portail une fois franchi, on découvre d’abord une église en lisière de forêt puis une petite chapelle blanche coiffée d’un bulbe bleu. La liturgie se célèbre en plein air devant les portes ouvertes de la chapelle.
     
     
    Elle est présidée cette fois-ci par l'archevêque Vincent d’Ekaterinbourg, assisté par
    Mgr Marc de Berlin et Mgr Michel de Genève.

    Malgré la conquête d’Ekaterinbourg par l’amiral Koltchak le 25 juillet, les restes de la famille impériale demeurèrent introuvables. Ceux des suppliciés d’Alapaïevsk ne furent retrouvés qu’en octobre.

    « L’armée rouge reprenant du terrain, les cercueils de la Grande Duchesse et de la moniale Barbara furent ensuite transférés par l’armée de Koltchak d’Alapaïevsk vers la Chine et de là à Jérusalem, où ils reposent jusqu’à présent dans l’église Sainte-Marie-Madeleine, au pied du mont des Oliviers.

    Il faut terminer ce récit par une citation prophétique de Pierre Gilliard, précepteur du Tsarévitch, et auteur d’un livre de souvenirs qu’il fit publier en 1923.
     
      
    Voici comment il évoque le souvenir de la famille impériale:

    « Il est impossible que ceux dont je viens de parler aient subi en vain leur martyr. Je ne sais quand cela sera, ni comment cela se fera, mais un jour ou l’autre, sans nul doute, quand la brutalité se sera comme saignée elle-même dans l’excès de sa fureur, l’humanité tirera du souvenir de leurs souffrances une invincible force de réparation morale.
     
    Quelque révolte qu’on garde dans le cœur, et quelque juste que soit la vengeance, ce serait offenser leur mémoire que de souhaiter une expiation dans le sang.

    L’Empereur et l’Impératrice ont cru mourir martyrs de leur pays : ils sont morts martyrs de l’humanité.
     
    Leur réelle grandeur ne tient pas au prestige de leur dignité impériale, mais à l’admirable hauteur morale à laquelle ils s’étaient élevés peu à peu.
     
    Ils étaient devenus une force d’idéal ; et dans leur dépouillement même, ils ont rendu un émouvant témoignage à cette merveilleuse sérénité d’âme contre laquelle aucune violence, aucune fureur ne peuvent rien, et qui triomphe jusque dans la mort. »

    Ce texte est un résumé de la conférence donnée
    le 15 décembre 2008
    à l'Union de la noblesse russe.
     
     
     
     
     sources
     
     
    http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Recit-d-un-pelerinage-sur-les-lieux-de-l-assassinat-de-la-famille-imperiale-russe_a26.html?com
     
     
     
     
     
     
     
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :