• les " FAUX et USURPATEURS " d'ALEIXI

    Les Faux Alexeï :

    La théorie de la survie
    Vassili Filatov en 1939 (gauche) et Alexeï Romanov en 1914 (droite).

      

      

     Les usurpateurs d'identité, les faux Romanov.

     


    L'affaire des Romanov ayant été l'un des plus grand mystères du XXe siècle, il est normal que des centaines de personnes se soient faits passées pour eux, attirées par l'appât du gain pour la plupart.

      

    Plus de 400 femmes se sont déclarées être Anastasia, 100 hommes se sont déclarés être Alexeï et environ 80 et 30 se sont respectivement déclarés être Tatiana et Maria.
     
    Parmi les imposteurs, les plus célèbres sont Anna Anderson et Eugenia Smith pour Anastasia & Vassili Filatov et Alexei Tammet-Romanov

    – Le nom “Romanov” est autoproclamé – pour Alexeï.


    En tout et pour tout, près d'une centaine de personne se sont faîtes passées pour Alexeï Nikolaïevitch Romanov, dont les plus connus sont :
     

    1. Alexeï Putsyato :
      
    Apparu quelques mois après la mort de la famille impériale à Kosh-Agach, dans l'Altaï russe. Il s'est présenté aux représentants blancs de Omsk où il a exprimé le souhait d'être présenté directement au général Koltchak.
      
    Les Blancs eurent recours à Pierre Gilliard pour identifier cette personne.
      
     
    L'ancien professeur des enfants Romanov démasqua Putsyato.
     
      
      
      
    2. Vassili Filatov :
      
    Il est presque l'équivalent masculin à Anna Anderson, voilà comment je le décris. Sauf que dans ce cas-ci on n'a pas de preuve génétique.
     
    Il a prétendu avoir survécu au massacre et être sauté de la camionnette en route.
      
    Il n'a jamais déclaré publiquement être Alexeï et cela resta vague jusqu'à sa mort dans la fin des années 1980.
      
    Ses enfants continuent aujourd'hui à défendre activement la cause de leur père, qui était selon eux Alexeï Nikolaïevitch Romanov.
    Ils se basent sur des éléments non négligeables.
     
      
      

    3. Heino Tammet :
      
    Homme d'origine estonienne, il a prétendu s'être échappé de la camionnette et n'avoir été atteint uniquement que par des balles à blanc.
    Il eut quelques courtisans qui l'aidèrent à s'établir au Canada pour sa sécurité.
      
    Il envoya des lettres à la royauté britannique, prétendit avoir rencontré des membres de la noblesse scandinave et un incident amena la Gendarmerie royale du Canada à prendre son cas au sérieux. Il fut examiné par un médecin et il reçut l'avertissement de cesser d'agir comme il le faisait.
     

    4. Philip Semenov :
      
    Marié à quatre reprises, il a travaillé comme comptable à Samarcande (Ouzbékistan), avant d'être reconnu coupable de vol et de purger une peine dans une colonie pénitentiaire à Medvezegorsk en Carélie.
      
    Il est ensuite interné à l'hôpital psychiatrique local, il aurait souffert
    de "psychose maniaco-dépressive".
     
    Bientôt, des rumeurs ont commencé à circuler selon lesquelles le patient serait de "sang tsariste" et des mouvements monarchistes secrets lui rendaient souvent visites avant qu'il ne soit placé sous la surveillance spéciale du KGB.
      
      
     
    5. Georgi Zhudin :
      
    Est mort dans un village bulgare.
      
      
      
     
    6. Michal Goleniewski :
      
    Polonais ayant travaillé pour la CIA, il développa une obsession pour le Tsarévitch et commença à prétendre être lui, alors que pas moins de 18 ans les séparés.
      
      
      
      
    Mythomane
     
    7. L'auteur Michael Gray (pseudonyme adopté par le nord-irlandais)
    déclare dans l'un de ses livres que le Tsarévitch s'est échappé en compagnie de la Tsarine douairière (Maria Feodorovna, mère de Nicolas II)
      
    à bord du navire de guerre HMS Marlborough en 1919 et a plus tard prit le nom de Nikolaï Aleksandrovitch Cheboratev.
      
      
      
    Dans son livre, Gray prétend qu'il est le fils illégitime du Tsarévitch
    et de la Princesse Marina, Duchesse de Kent.
     
     
     
     
     
     
     

     

     

    8. Enfin il faut parler du ce que j'appelle le "Tsarévitch tchétchène".
      
      
      
    Plus récemment, un homme de Tchétchénie s'est déclaré être le fils du Tsarévitch Alexeï Nikolaïevitch qui aurait été sauvé par des Cosaques de la région du Terek.
      
      
    Ils espéraient le mettre sur le trône une fois la guerre civile terminée mais la victoire des rouges changèrent leurs plans.
      
      
    Ils se mirent donc à le protéger en secret.
      
    A 16 ans il a épousé une jeune fille cosaque et ils eurent 4 fils :
      
    Boris, Alexeï, Louka et Nicolas.
      
    Il est mort en 1986.
      
    Aujourd'hui il reste 2 fils devenus très âgés et un petit-fils. Ils prétendent détenir des "preuves" :
      
    ceux qui ont connus "Alexeï" ont dis qu'il avait un maintient "aristocrate" qui inspirait le respect ;
      
    il savait manier assidument la langue russe ; il était hémophile ;
      
    il aurait su parler plusieurs langues, chanter et danser ;
      
    le "petit-fils" ressemble beaucoup au "grand-père" et est aussi hémophile.
      
    Le moins qu'on puisse dire c'est que les monarchistes et les nationalistes russes n'ont pas aimé l'idée d'un "Tsarévitch tchétchène"...
      
    Et quand aux autorités, sauf erreur, elles n'ont pas réagi de manière officielle.
     
    Et plus étonnant encore, il y eut même un cas où une femme, une néerlandaise du nom de Suzanna Catharina de Graaf prétendit être la cinquième fille
     
    (sortie de nulle part...) de Nicolas et Alexandra, née en 1903, lorsque des médecins signalèrent qu'Alexandra eut une "grossesse nerveuse".
     
    Et vous que pensez-vous de la théorie de la survie
    de plusieurs membres de la famille Romanov
    au massacre du 17 juillet 1918 ?
     
    NON
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Catherine
    Mercredi 22 Octobre 2014 à 15:24

    Franchement, j'aimerais vraiment qu'Anastasia et son petit frère se soient sauvés de cette tuerie. je peux encore rêver que l'on aura d'autres découvertes. Même à 58 ans, on peut être naïve ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :