• L'ELITE en RUSSIE du XIXè siècle à nos jours...

     

     

     

    L'élite en Russie du XIXe siècle à nos jours

     

    XIXe siècle jusqu'en 1917

     

    Les empereurs de Russie au XIXe siècle 

     

    Nicolas II :

    règne de 1894 à 1917

    Source : http://kolibry.astroguru.com/

      

      

    La famille impériale vivait déjà assez isolée du monde extérieur. Nicolas a été éduqué par le général Danilovitch, car Alexandre III voulait faire de son fils un bon officier. Des professeurs russes ont été chargés des cours universitaires et un anglais lui a enseigné sa langue et l'amour des sports.

    C'est un jeune homme indécis, mais qui ne cède jamais une fois la décision prise. Il affectionne la simple vie de famille, et communique souvent par écrit avec ses ministres pour ne pas entrer en discussion avec eux.

    Nicolas II admirait beaucoup son père, il garde donc les collaborateurs de ce dernier pendant les premières années de son règne. Ce règne commence sous de mauvais présages. En effet, le jour du couronnement, une bousculade dans la foule présente provoque la mort de plusieurs centaines de personnes qui sont piétinées.

    Dès le début, le jeune empereur poursuit la ligne politique devenue traditionnelle, celle de l'équilibre européen. Il confirme l'Alliance franco-russe, visite la France en 1896 et reçoit le président Félix Faure en Russie en 1897.

      

    Il défend l'idée de la paix universelle et dans une note adressée à toutes les puissances il propose une réduction des armements et un adoucissement des procédés de guerre, ainsi qu'une installation d'un Tribunal international chargé d'arbitrer les conflits entre les États.

      

    L'acte du 24 août et le programme du 30 décembre 1898, qui déboucheront sur la première Conférence mondiale de la paix le 18 mai 1899 à La Haye, ouvriront une ère nouvelle dans les relations internationales.

    Pendant les premières années de son règne, l'empereur porte son intérêt sur les problème d'Extrême-Orient, où le rôle du Japon est de plus en plus important. Dans la nuit du 8 au 9 février 1904 les Japonais attaquent l'escadre russe et coulent sept unités sans déclarer la guerre. A Saint-Pétersbourg on sous-estime les force japonaises et après plus d'un an d'hostilités la Russie capitule.

    Cette défaite sera lourde de conséquences. Le peuple ne comprend pas les raisons de cette guerre et les mouvements révolutionnais exploiteront le mécontentement général.

      

    Une révolution éclate en 1905 qui amènera de grands changements politiques et sociaux dans le pays. La période 1905-1914, calme sur le plan extérieur, voit de graves désordres ruraux parallèlement à un développement économique exceptionnel, dans lequel un grand rôle sera joué par le ministre des Finances Serge Witte.

    Le développement industriel fait naître et augmenter très rapidement un prolétariat qui se recrute dans la paysannerie. Selon Nicolas II, c'est le paysan (мужик) qui est le pilier de la société russe.

      

    Or, - c'est une des nombreuses contradictions de ce règne - il sera traité plus mal que jamais. C'est essentiellement la paysannerie qui fournira les 15 millions de mobilisés qu'exigera le conflit mondial qui éclate en 1914. En 1916 la Russie compte près de deux millions de tués et le double de blessés.

    Le mécontentement général grandit et les mouvements révolutionnaires multiplient attentats et assassinats. L'idée d'une révolution de palais gagne même l'entourage proche du souverain. Mais c'est en février 1917 que les événements se précipiteront.

      

    Le 2 mars 1917 Nicolas II signe l'acte d'abdication non seulement pour lui-même, mais aussi pour son fils Alexis, en faveur de son frère Michel.

    Nicolas II sera assassiné avec toute sa famille dans une cave de la ville d'Ekaterinbourg le 16 juillet 1918.

      

    Le 17 juillet 1998, sous la présidence de Boris Eltsine, les restes de la famille impériale recevront les obsèques nationales.

      

    L'élite en Russie du XIXe siècle à nos jours
    XIXe siècle jusqu'en 1917
     

      

      

    Les réformes de l'État russe

    Rappelons que c'est Pierre le Grand qui supprime en 1711 la douma des boyards et crée le sénat, principalement chargé de le remplacer en son absence. Les pouvoirs du sénat étaient très étendus, mais le tsar pouvait à tout moment annuler ses décisions.

    En 1717-1719 sont créés les collèges, sortes de ministères. Sur une dizaine, trois seulement étaient importants : celui de la guerre, de la marine de guerre et celui des affaires étrangères. Ils disposent tous du pouvoir judiciaire, et les premiers tribunaux apparaissent.

    En 1721 la Russie devient Empire et le tsar prend le titre d'empereur. Il aura le droit de désigner un successeur selon son bon vouloir.

    Le territoire est divisé en gouvernements, (губерня) plus tard chaque gouvernement sera divisé en provinces, et celles-ci en districts (уезд).

    Sous Catherine II les provinces disparaissent, le nombre de gouvernements est plus important (50).

    La charte de la noblesse (Жалованная грамота дворянству) et la charte des villes (Грамота на права и выгоды городам российской империи), fixent les classes sociales. La noblesse a ses représentants dans les administrations des gouvernements et des districts. Les nobles sont dispensés de tout service militaire ou civil, ils ne paient pas d'impôts et ne peuvent subir de châtiment corporel.

    Les premières tentatives de la séparation des pouvoirs datent de cette époque. Parmi les plus significatives figure la réforme de la justice.

    En septembre 1802, Alexandre I crée un Conseil permanent qui deviendra Conseil d'État. Organe consultatif, il sera également chargé de rédiger les nouvelles lois. Les collèges seront replacés par 8 ministères (военный, морской, иностранных дел, юстиции, внутренних дел, финансов, народного просвещения, коммерции). Ces ministères viennent de fêter leur bicentenaire. Le sénat, disparu au XVIII siècle est rétabli.

    L'importance de la chancellerie (Собственная Его Императорского Величества канцелярия) s'accroît sous Nicolas I, et en particulier sa 3e section (III отделение) mise en place en 1826. C'est une police politique chargée de combattre les mouvements séditieux et révolutionnaires. Nicolas I considérait que de nouvelles lois n'étaient pas nécessaires, mais que tout ce qui existait devait être codifié. Le code pénal créé à cette époque sera effectif jusqu'en 1917.

    Contrairement à son père, Alexandre II perçoit la nécessité de régler le problème du servage. Il décide de l'imposer sans attendre une explosion sociale.

      

    Dans ce but il crée un comité secret, bientôt suivi par des comités non secrets dans tous les gouvernements chargés de débattre du problème et de préparer l'opinion publique.

    La loi sur l'abolition du servage (отмена крепостного права) est adoptée le (19 février) 3 mars 1861. La terre est confiée à la communauté villageoise (мир). Le rachat des terres par les paysans se poursuivra jusqu'en 1917.

    Dans la foulée, en 1864, sont créés les "zemstvos" (земство), organes élus d'autogestion locale, chargés de l'éducation, de la santé, de l'agronomie et des services vétérinaires, de la construction des routes, des statistiques. Ils ont joué un grand rôle dans le développement économique du pays. En 1890 Alexandre III dans une contre-réforme, réduira leurs compétences, craignant la propagation d'idées subversives.

    C'est également sous Alexandre II qu'intervient la réforme de la justice. Enfin la justice est séparée de l'administration. Les procès deviennent transparents et les premiers avocats apparaissent en 1866.

    La fin du XIXe siècle est considérée comme une période de contre-réformes. La loi sur les "Situations d'exception" ("Положение о мерах к охранению государственного порядка и общественного спокойствия") en août 1881 autorise de nouveaux les procédés arbitraires. Les crimes contre l'État relèvent du sénat et non plus de la justice. Le nombre des procès à huis clos augmente très fortement.

    Le maintien de l'autocratie comme seule voie possible est une idée chère au dernier tsar Nicolas II. Ce système nécessite une série de dispositions répressives qui pousseront un grand nombre d'intellectuels à fuir le pays.

    A la suite des événements de 1905 Nicolas II charge Serge Witte de rédiger une nouvelle loi fondamentale. La convocation d'une Assemblée législative est décidée le 17 octobre 1905. La première Douma d'État se réunira le 27 avril 1906. Très "à gauche", elle sera dissoute à la suite de la nomination à la présidence du Conseil des ministres de Piotr Stolypine, adversaire résolu de la révolution.

    La deuxième Douma d'État, où les radicaux sont moins nombreux siège de février à juin 1907.

    La troisième Douma d'État se réunit en novembre 1907. Elle inaugure la période de 10 ans de régime représentatif qui va donner à la Russie un essor économique exceptionnel. La quatrième Douma (1912-1917) sera la dernière de la Russie tsariste.

     

    L'élite en Russie du XIXe siècle à nos jours

     

    XIXe siècle jusqu'en 1917

     

    Le développement économique

    En 1785 la Charte de la noblesse voulue par Catherine II donne le droit aux nobles de se livrer au commerce et de créer des industries tout en conservant leurs paysans serfs. Progressivement une partie d'entre eux deviendront "ouvriers serfs" (поссессионные).

      

    A la mort de l'impératrice en 1796 la Russie compte compte plus de 3 000 usines. Au début du XIX siècle presque 32 % d'ouvriers sont des serfs attachés à l'entreprise. Leur nombre baissera rapidement car les entrepreneurs sont conscients du rendement très bas du travail forcé et affranchissent leurs ouvriers : en 1825 les ouvriers serfs ne sont plus que 14%.

    L'État soutient le développement industriel par la création de l'Institut technologique et des écoles de commerce. La création du Conseil des manufactures constitué par les représentants des entrepreneurs participe aux prises de décisions les concernant.

    A la fin du règne d'Alexandre I la Russie compte 5 000 usines et 200 000 ouvriers.

    Cependant l'économie russe au début du XIX siècle est essentiellement agricole. La Russie exporte le blé vers l'Europe : le volume sera multiplié par 4 durant la première moitié du siècle.

    Depuis le milieu du XVI siècle la famille Stroganov exploite les richesses minières de l'Oural et participe à la conquête de la Sibérie. En 1785 un premier village russe est fondé en Alaska et la colonisation de la côte Pacifique américaine se poursuit grâce à la Compagnie russo-américaine. En 1812 un port Russe est fondé à 30 km au Nord de San Francisco. Cependant, la politique extérieure de la Russie de la première moitié du siècle est tournée vers l'Europe et l'extension territoriale sur le continent américain n'est pas soutenue. Alexandre II vendra l'Alaska au USA en 1867.

    Les 30 ans de règne de Nicolas I (1825-1855), malgré la lourdeur bureaucratique et l'oppression morale, constituent une période importante sur le plan culturel, sur lequel nous reviendrons, et économique :

    • les fabriques et les usines sont au nombre de 10 000

    • le nombre d'ouvriers, affranchis presque dans la totalité par la loi de 1840 atteint 500 000

    • le nombre de raffineries a sextuplé

    • la production de fonte a doublé

    • la production textile est 16 fois plus importante, partagée entre l'industrie et l'artisanat qui connaît un grand essor

    • les premier chemins de fer sont construits à partir de 1838.

    Il est important de noter que les usines échappent de plus en plus à la noblesse pour passer aux industriels. Une bourgeoisie est en train de naître qui, avec les fonctionnaires dont le nombre n'a cessé d'augmenter, constitue une classe moyenne.

    Le développement économique se poursuit sous Alexandre II : le réseau ferroviaire - dont l'insuffisance avait été révélée pendant la guerre de Crimée - est considérablement étendu dans la partie européenne de l'empire ; l'exportation de céréales quintuple et l'industrie poursuit son essor avec les ressources charbonnières du Donets et le bassin ferreux de Krivoï-Rog.

    Le 19 février 1861 l'empereur signe le manifeste de libération de 22 millions de serfs appartenant aux propriétaires privés et le 5 mars il rend publics les textes relatifs à la réforme. L'administration qui avait sous sa tutelle les 19 millions de paysans appartenant à l'État est réorganisée. Avec l'intégration de ces nouveaux citoyens dans la communauté nationale la Russie renonce au régime de classes. La terre n'est pas distribuée directement aux paysans, elle devient propriété de la communauté villageoise (мир) qui procède périodiquement à l'attribution de lots aux cultivateurs, les rendant peu motivés. Cette organisation ne contribue pas à développer l'économie rurale.

    L'abolition du servage et la réforme agraire provoquent une grossière fracture de l'élite russe : ceux qui l'acceptent, même s'ils la jugent critiquable, sont taxés de réaction par ceux qui la refusent en bloc et qui demeurent dans l'opposition qui ne cessera de se radicaliser, aboutissant au terrorisme qui hantera la Russie jusqu'à la révolution de 1917.

    Sous le règne d'Alexandre III le développement industriel se poursuit à un rythme élevé avec un taux de croissance de 8% dans la métallurgie en particulier, avec la création d'usines gigantesques. Les voies ferrés s'allongent de 40%. Le Transsibérien, commencé en mai 1891 réunira Moscou à Vladivostok en 1903 (9 198 km). Les investissements étrangers sont très importants. Les décisions prises par le ministre Witte de diminuer les impôts directs et augmenter les impôts indirects pèsent lourd sur toute la société et la paysannerie en particulier.

    Witte poursuit sa carrière sous Nicolas II. Ses méthodes autoritaires provoquent un mécontentement grandissant de toute la société qui conduit à la révolution de 1905. Il est remplacé par Stolypine qui continuera la modernisation de la Russie, devenue monarchie constitutionnelle, jusqu'à son assassinat en 1911.

    On considère qu'en 1914 la Russie a rattrapé une bonne partie de son retard sur le reste de l'Europe, du moins en ce qui concerne l'économie.

     

     

      

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :