•  

    A Kornilovite by Saida Afonina
Kornilovites (Kornilovtsy in Russian) were the members of a division in one of the White armies, they were named after General Lavr Kornilov (1870-1918), the commander of the White resistance in the south. Kornilov led the famous Ice March from Rostov-on-Don to the Kuban, where he rallied the Volunteer Army. He fell in battle in April 1918 and was replaced by Anton Denikin (1872-1947). The Kornilovtsy were the best White unit, renowned for their bravery and discipline. They wore hats with a red top and a black band.

    A Kornilovite by Saida Afonina

    Kornilovites (Kornilovtsy in Russian) were the members of a division in one of the White armies, they were named after General Lavr Kornilov (1870-1918), the commander of the White resistance in the south. Kornilov led the famous Ice March from Rostov-on-Don to the Kuban, where he rallied the Volunteer Army. He fell in battle in April 1918 and was replaced by Anton Denikin (1872-1947). The Kornilovtsy were the best White unit, renowned for their bravery and discipline. They wore hats with a red top and a black band. 

     

     Fichier:Kornilov Lavr 1917.jpeg

     

     

     Affaire Kornilov

    L'affaire Kornilov ou Kornilovchtchina (en russe : Корниловское выступление ou Корниловщина) se réfère à un combat confus en août/septembre 1917 entre le général Lavr Kornilov, commandant en chef de l'armée russe, et Alexandre Kerensky, président du Conseil des ministres et ministre de la Guerre du gouvernement provisoire russe. Cet événement s'est déroulé entre l'abdication du tsar Nicolas II et la révolution d'Octobre. Kerensky a par la suite affirmé que cette affaire fut un tournant dans la révolution, par la soudaine renaissance - et, à terme, le triomphe - des bolcheviks. Dans l'historiographie soviétique, les événements ont pris le nom de « révolte de Kornilov » (en russe : мятеж Корнилова). 

      

    Contexte 

    L'affaire se noue à l'été 1917 après l'échec de l'offensive russe sur le Front Est appuyée par le gouvernement provisoire. Contesté, le généralissime Broussilov est démis de ses fonctions et remplacé le 19 juillet (dans le calendrier grégorien) sur décret gouvernemental[1] par le général Kornilov. Ce dernier prend ses fonctions et propose un ensemble de réformes politiques et militaires[2], connu sous le nom de « programme Kornilov »[3], qui vise à sortir le pays de la crise. Parmi les mesures militaires, nombre d'entre elles concernent la discipline, comme la limitation des droits des comités de soldats promulgués par Kerensky lors de la phase de « démocratisation » de l'armée, et le rétablissement de la peine de mort pour les déserteurs et les « traîtres »;

      
     
    File:Kornilov--russianbolshevik00rossuoft.png
     
      
      
    Ayant réussi à faire accepter son programme, Kornilov adresse un ultimatum au gouvernement dans lequel il exige une large autonomie pour lui-même et la mise à la retraite du général Tchérémissov nommé sans son accord commandant en chef du front sud-ouest. Le gouvernement répond par l'affirmative et Kornilov prend ses fonctions le 24 juillet. Le 20 août, les Allemands effectuent une percée dans les Pays baltes et s'emparent de Riga après l'effondrement du front Nord russe.
      
    À Petrograd, les journaux socialistes et les Soviets lancent une campagne hostile à Kornilov, le rendant responsable de la situation.
      
    Fin août, Kornilov apprend par l'intermédiaire de Boris Savinkov qu'une insurrection bolcheviste éclatera à Petrograd à la fin du mois. Il nomme Krymov commandant du troisième corps de cavalerie et le charge de réprimer le soulèvement et d'en finir du même coup avec les Soviets.
     
      
      
    Fichier:Stormningen av vinterpalatset.jpg
      
      
    Déroulement

    Ignorant les tentatives de médiation de Boris Savinkov, qui soupçonnait un malentendu, Kerensky a démis son commandant en chef de ses fonctions le 9 septembre, affirmant que Kornilov projetait de renverser le gouvernement et de mettre en place une dictature militaire. Kornilov, estimant que Kerensky avait été fait prisonnier par les bolcheviks et qu'il avait agi sous la contrainte, a répondu en publiant un appel à tous les Russes à « sauver leur terre en train de mourir ».

    Incertain de l'appui des généraux de son armée, Kerensky a été contraint de demander de l'aide à d'autres quartiers, dont la Garde rouge bolchevique. Quand Alexandre Kerensky demanda au général Alexandre Krymov de mettre fin à l'avance du Troisième Corps de cavalerie sur Petrograd, Krymov obéit après s'être rendu compte que la capitale n'était pas, dans les faits, entre les mains des bolcheviks.

    La tentative de prise de pouvoir de Kornilov s'est effondrée, sans effusion de sang, lorsque ses cosaques ont abandonné la cause. Lui et près de 7000 partisans ont été arrêtés.

     

     

      

    Conséquences

    Bien que Kerensky ait survécu à la tentative de coup d'État, l'événement a fragilisé son gouvernement et largement ouvert la voie aux bolcheviks. Le soulèvement de Kornilov a détruit intégralement l'œuvre de restauration de la discipline dans l'armée et a sapé la confiance de la base de l'armée dans le gouvernement provisoire. Lénine, toujours dans la clandestinité, a immédiatement saisi l'opportunité pour revenir sur le devant de la scène.

      

    Sources

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique