• Dossiers secrets - Les Romanov ( vidéo I )

     

     

     

     Pour apprécier les vidéos , cliquez sur le logo central de RADIONOMY

    ( colonne gauche ) le fond musical du blog sera supprimé

     

    103 BALLES ont TUE la FAMILLE ROMANOV

      

    Article de 2004 (en 2008, les 90 ans sont oubliés!) mentionnant le rôle de juifs dans le massacre de la famille impériale et celui de deux vers d'un poème de Heinrich Heine! Il y est affirmé que: «Sverdlov -Yankel Solomon vint en Russie en tant qu’agent rétribué de l’Allemagne» fait non corroboré mais possible puisque Lénine le fut sans l'ombre d'un doute!
    http://www.russie.net/article1224.html - 16 juillet 2004 - Russie.net ©

     

     


      

    L’Assassinat programmé du tsar Nicolas II

      

    Le 17 juillet 1918, le tsar Nicolas II et tous les membres de sa famille, retenus prisonniers par les bolcheviks, sont assassinés sans jugement à Ekaterineburg, à l’est de l’Oural.

      

    Cette action rituelle symbolisa la fin de siècles d’histoire russe, de telle manière qu’elle peut être comparée seulement à l’exécution de Charles 1er en Angleterre et Louis XVI en France.
     

      

    Le tsar aura régné sur la Russie de 1894 à 1917.

      

    Après avoir abdiqué en mars 1917, il s’était vu refuser le droit d’asile par les Britanniques. Relégué en Sibérie, il sera fait prisonnier par les bolcheviks. Il fut d’abord détenu au palais Tsarkoïe Selo, puis près de Tobolsk. La progression, en juillet 1918, des forces contre-révolutionnaires fit craindre aux Soviets que Nicolas ne soit libéré ; lors d’une réunion secrète, une sentence de mort fut prononcée pour le tsar et sa famille par Yakov Sverdlov.

      

    Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, une équipe de la police secrète bolchevik assassina le dernier empereur de Russie, le Tsar Nicolas II, en même temps que sa femme, la tsarine Alexandra, leur fils de 14 ans, le tsarevitch Alexis, et leurs quatre filles. Ils furent abattus dans une pièce de la maison Ipatiev à Ekaterinburg.
     

      

    L’exécution fut personnellement surveillée par Yakov Yurovsky qui abattit le Tsar, le président du Soviet local était Beloborodov (Vaisbart); la personne responsable pour l’administration générale à Ekaterinburg était Shaya Goloshtchekin. Sur le mur de la pièce où eut lieu l’exécution se trouvait une citation d’un poème de Heinrich Heine (écrit en allemand) sur le Roi Balthazar, qui offensa Jehovah et fut tué pour cette offense.

      

    Dans son livre en 1920, le journaliste britannique expérimenté Robert Wilton portait un jugement aussi sévère et contrasté : "Le meurtre du Tsar, délibérément planifié par le Juif Sverdlov (Sverdlov -Yankel Solomon vint en Russie en tant qu’agent rétribué de l’Allemagne) et exécuté par les Juifs Goloshtchekin, Syromolotov, Safarov, Voikov et Yurovsky, n’est pas l’action du peuple russe, mais de cet envahisseur hostile".
     

      

    Plus récemment, le 10 juillet 2004, l’Arte dans un documentaire consacré aux dernières années de Romanov a évoqué cette thèse.

     

     

      

      

    L’inscription sur le mur: la citation de Heine

      

    Des lignes dues au poète juif allemand Heinrich Heine (1797-1856) fut trouvées écrites sur le mur, près de la fenêtre, dans la cave de la maison Ipatiev, où les Romanov furent abattus et achevés à la baïonnette.

      

    La citation dit :

      

    « Belsatzar ward in selbiger Nacht / Von seinen Knechten umgebracht », c’est-à-dire « Belsatzar fut, la même nuit, tué par ses esclaves. »
    Belshazzar

      

    — le Roi non-juif de Babylone, qui dans l’histoire bien connue de l’Ancien Testament, vit « l’inscription sur le mur » annonçant sa mort (Livre de Daniel, 5) — fut tué en punition de ses offenses au Dieu d’Israël.

      

      

    En jouant habilement de la citation de Heine, l’auteur inconnu de l’inscription, presque certainement l’un des tueurs, a substitué « Belsatzar » à l’orthographe de Heine « Belsazar », pour signaler encore plus clairement son intention symbolique. "Cette inscription de Heine révèle l’inspiration raciale et ethnique des meurtres : un roi non-juif venait d’être tué, en un acte de vengeance juive." (Le rôle des juifs dans la révolution bolchevique et les débuts du régime soviétique - Mark Weber)
     

      

    Comparé aux millions d’être humains qui furent mis à mort par les chefs soviétiques dans les années qui suivirent, le meurtre de la famille des Romanov pourrait sembler ne pas être d’une importance extraordinaire. Et cependant, l’événement a une profonde signification symbolique.

      

    Comme le dit judicieusement l’historien de l’Université de Harvard Richard Pipes :
    La manière dont le massacre fut préparé et réalisé, d’abord nié et ensuite justifié, a quelque chose d’unique dans son caractère odieux, quelque chose qui le distingue radicalement des actes précédents de régicide et qui le marque comme un prélude aux meurtres de masse du 20ème siècle.

      

    Un autre historien, Ivor Benson, caractérisa le meurtre de la famille Romanov comme le symbole du destin tragique de la Russie, et en fait, de tout l’Occident, dans ce siècle de détresse et de conflit sans précédents.

      

    Le meurtre du Tsar et de sa famille est d’autant plus déplorable que quelqu’ait été son échec en tant que monarque, Nicolas II était en tous points, un homme personnellement bon, généreux, humain et honorable.
     

      

    Quatre-vingts ans plus tard, jour pour jour, les restes des Romanov ont été ensevelis dans la nécropole impériale de la cathédrale Pierre et Paul, à Saint-Pétersbourg. Le souverain, son épouse Alexandra, leurs filles Tatiana, Olga, Maria, Anastasia et le tsarévitch Alexeï, ont rejoint au panthéon des saints du calendrier orthodoxe les trois autres dirigeants de l’État russe à y figurer: Vladimir le Grand, qui a christianisé la Russie (988), Daniil, chef de la principauté de Moscou et Dimitry Donskoï, qui vaincu les Tatars.

     

      

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :